top of page

Quid du Metaverse ?

Dans 10 ans… quid du Metaverse ?



Pour répondre à cette question, permettez-nous un rapide retour dans le passé. Depuis que l'auteur de science-fiction Neal Stephenson a inventé le concept de métavers dans son roman « Snow Crash » (« Le Samouraï virtuel », en français) en 1992, plusieurs entreprises ont tenté de lui donner corps, dont Second Life dans les années 2000 et, plus récemment Meta ainsi qu'un chapelet de start-ups.


Le destin du Metaverse, qui n’était jusqu’alors qu’un fantasme de science-fiction, s’est plus précisément accéléré en 2014- année qui voit Facebook multiplier les investissements sur le marché de la réalité virtuelle. Le Zuck rachète alors Oculus VR, à l’origine du casque de réalité virtuelle Oculus Rift, qu’il rebaptise Meta Quest et commercialise en 2016. Sept ans plus tard, Facebook devient Meta, un nouveau nom qui n’a pas qu’une portée symbolique : il s’agit bien d’un tournant stratégique pour le groupe.... Et pour beaucoup d’entreprises qui, dans la foulée, s'y précipitent de peur de rater le coche. Eh oui, le Metaverse pourrait bien être un virage culturel et économique à ne manquer sous aucun prétexte ! (😜)


Ni une, ni deux, Carrefour organise ses premiers entretiens d’embauche dans un métaverse d’entreprise, H&M ouvre sa boutique pixélisée sur CEEK, David Guetta donne un concert sur Horizon Worlds (metaverse de Meta), les designers se mettent au défilés virtuels… “C'est bien commercial !” se disent certains. Oui, mais pas que : Decentraland a vu s’organiser une protestation anti-capitaliste devant la boutique virtuelle de Samsung, en vue de dénoncer la mainmise des grandes entreprises sur ces nouveaux mondes numériques.


Bref, le monde réel se réplique dans le cloud… Pour le meilleur et pour le pire : les agressions (verbales mais pas que) y sont légion, étant donné le peu de moyens de modération. Et la solution imaginée par Meta - imposer une distance entre les avatars de manière à ce qu’ils ne puissent pas se toucher - n’a pas convaincue grand-monde.

C’est bon, vous êtes avec nous ? Super ! Alors, le métaverse, mirage ou prémices d’une révolution ?


Avant de critiquer, pourquoi c’était pas complètement absurde :


  1. Toutes les technologies nécessaires étaient enfin réunies : des moteurs de jeux puissants, des réseaux mondiaux haut débit, et des casques de réalité virtuelle un peu évolués.

  2. À la clé, de nouveaux marchés et des possibilités de monétisation bien réelles, à travers la vente de biens & services virtuels ou d'espaces publicitaires.

  3. Le Metaverse aurait permis d’élargir les possibilités de socialiser en ligne. Ok, le scénario est potentiellement digne d’un épisode de Black Mirror, mais tout de même attractif étant donné l'évolution des comportements sociaux.

  4. Si on prend un peu de recul, le Metaverse pourrait bien être considéré comme une évolution naturelle d'Internet, passant d'un espace en 2D basé sur du texte et des images à un environnement en 3D immersif et interactif.


Maiiiis voilà : le Metaverse, dans 10 ans, on y croit… pas trop.


Pas seulement parce que le projet n’est PAS devenu sexy - ce qui aurait suffi, mais parce que tous les voyants sont au rouge depuis qu’une innovation largement plus extraordinaire et disruptive est arrivée dans le game.


Commençons par citer les chiffres, un peu désolants : malgré une inauguration en grande pompe en décembre 2021, le métaverse de Meta ne rameute que 300 000 utilisateurs en février 2022, et moins de 200 000 à la fin de la même année. Oui oui, à peine sorti, le métaverse de Meta a vu son audience dégringoler.


Un autre problème se pose : son impact environnemental. La pollution déjà engendrée par le numérique représente actuellement 5% environ des émissions mondiales de gaz à effet de serre, et la priorité reste d'aller vers plus de frugalité. À moins que le métavers ne nous permettre de visiter Bali et d'arrêter de prendre l'avion, mais personne n'y croit.


Depuis, surtout le monde a découvert Chat GPT, l’intelligence artificielle génératrice de texte mise au point par OpenA. Ses capacités sont bluffantes, l’adoption immédiate - on en parlait dans un Futuroscope printannier.


De quoi ringardiser presque instantanément le métaverse et ses bugs techniques récurrents, qui tombe officiellement en désuétude le 14 mars dernier, date à laquelle Mark Zuckerberg annonçait dans une lettre à son équipe que “l’investissement le plus important du groupe » porterait dorénavant sur l’intelligence artificielle.

Autrement dit, un changement de cap majeur chez Meta, après des années à miser sur le métaverse… Seule l’histoire nous dira s’il s’agissait ou non du jour de l’enterrement définiti du projet. En tout cas, même si Zuckerberg continue de soutenir que c'est un pari de “très long terme”, c’est plutôt mal parti. On a plutôt tendance à croire le journal Les Échos, qui parlaient surtout d'un “trou noir de 43 milliards de dollars”.


Bref :

Le Métaverse aura peut-être été un fantasme, au même titre que les fictions qui l’ont inspiré - du roman de science-fiction Le samouraï virtuel, de Stephenson, à la très célèbre saga Matrix réalisée par les Wachowski.


Mais ne parlons pas trop vite : le phoenix pourrait bien renaître de ses cendres un jour !


Aujourd'hui, le projet manque évidemment de sex appeal - on gardera le souvenir vague et rebutant de captures d’écran pixelisées qui donnaient moyennement envie d'aller s'y promener. Soit, mais rappelez-vous les premiers ordis. Le Métaverse pourrait aussi bien pâtir du syndrome de l’ugly baby. D'ailleurs, le papa ne s'inquiète pas : “Le terme métavers a plus de trente ans et a connu des hauts et des bas. Cela n'a rien d'étonnant dans l'industrie technologique. Je ne suis pas spécialement inquiet”, a confié son inventeur Neal Stephenson.


Rendez-vous dans 10 ans !

Posts récents

Voir tout

Quid des outils digitaux au bureau ?

Dans 10 ans… quid des outils digitaux au bureau ? La transformation digitale ? Un mantra incontournable dans le monde corporate depuis 15 ans. « Les entreprises qui ne suivent pas le rythme de la tran

Dans 10 ans… quid de l’IA ?

Lancée mi-mars (après plus de 10 ans d'élaboration, rappelons-le), l'IA générative Chat GPT était valorisée à 29 Md$ début Mai et comptait 200 millions d'utilisateurs à la mi-avril. Et elle n’est pas

Dans 10 ans… quid des mad skills ?

Les soft skills n’ont qu’à bien se tenir !! Le sujet fait fureur dans la presse entreprise-RH et les éloges sur ces profils “atypiques, créatifs et intuitifs” ne tarissent pas. Après les hard skills e

Comments


bottom of page