top of page

Le futuroscope #2

Dans 10 ans… Quid des cours de yoga en entreprise ?


Et bien, on espère que les cours de yoga… auront disparu de toutes les bureaux de la planète. (On vous a prévenu qu'on faisait pas dans la langue de bois, ici !)


On vous l’accorde : comme ça, les cours de yoga en entreprise, ça a plutôt l’air sympathique. Ça peut même rendre le travail plus humain, parfois.


OK. Sauf qu’on y voit deux (énormes) dérives - qui sont les deux faces d’une même pièce :

  • 1 ère dérive : que l’entreprise se mêle de ce qui ne la regarde pas en s’occupant du bien-être et de l’ hygiène de vie de ses salariés - bref, de leur vie privée - à leur place. Le yoga en entreprise, c’est le symptôme de tout un tas de pratiques RH à haut potentiel infantilisant, culpabilisant et homogénéisant. Au moins ça part d'une bonne intention, sauf que... le yoga est le nouveau baby foot. Mais si vous savez le symbole de la culture "startup cool" qui masque la culture managériale toxique et le syndrome du "move fast and break things"... en remplaçant "things" par "people".


  • 2 ème dérive : que l’entreprise arrête de se mêler de ce qui la regarde - pour citer quelques-unes de ses responsabilités : permettre à ses salarié·es de travailler dans de bonnes conditions, respecter leurs horaires et leur vie privée, les rémunérer correctement, prévenir les risques de burn-out, encourager une culture de travail positive où il y a de la reconnaissance, du développement possible et de l'entraide. A l’heure où la consommation d’antidépresseurs augmente et que se multiplient dépressions et burn-out, difficile de ne pas voir dans la mouvance du yoga en entreprise la au mieux une belle intention, au pire une manière de se défausser de ses vraies responsabilités… Voire même une volonté de faire taire leurs critiques en brandissant du développement personnel auréolée de bienveillance toxique.


Pour étoffer votre réflexion, on vous conseille vivement de regarder le dernier documentaire Arte, nommé Le business du bonheur, qui retrace l’histoire de la psychologie positive. Ce super documentaire met notamment en évidence les risques d’instrumentalisation de la psychologie positive, du care et du développement personnel dans le monde corporate.






Pour conclure :


⇒ On dit "OUI" aux team building, séminaires, déjeuners d’équipe et coupes de champagne à Noël. (On a jamais dit qu’il fallait pas s’amuser au bureau…)

⇒ On dit "Non merci !" aux cours de yoga, méditation, sophrologie ou autres aberrations infantilisantes qui cachent les questions de fond.

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page